Accolta
Accolta Storia di u muvimentu Organizazione Cuntatti Adesione/Daziu Ligame
Accolta Attualità Apputamentu Elezzione Interviste Multimedia A Francia Fora Pulitica Ripressione Terra Corsa Culunisazione Lingua è Cultura Ecunumia è Suciale Internaziunale In memoria E Ghjurnate



24/06/2006

Le ministre de l’intérieur de la France arrivera de nouveau chez nous.



Son programme montre qu’avant tout, il s’occupera de faire sa réunion de sécurité – comme si la Corse était un problème de sécurité – avec les responsables de la police présente en corse.

Bien sur, il ira faire son discours à l’assemblée territoriale pour nous dire ce qu’il a déjà dit pour notre terre, c'est-à-dire peu et rien……..

Il ne pourra pas nous tromper une nouvelle fois quand il nous annonce que son voyage est basé sur le développement économique…. Il ne pourra même pas nous étourdir sur la culture quand il signera la convention sur l’entreprise satellitaire « via stella »….

Le ministre ne viendra que pour rappeler que son gouvernement n’a aucune politique pour la Corse en dehors d’envoyer en prison pour les faire taire ceux qui veulent que leur pays soit reconnu dans ses droits.

Le pire c’est que dans cette logique de négation, la France ne reconnaît pas notre communauté dans sa réalité identitaire alors que en Europe, vaste continent en construction dans lequel elle se projette, les faits nationaux sont pris en compte politiquement.

Les exemples des conflits basques et irlandais montrent bien que pour d’autres pays, l’Europe se conçoit aussi avec la prise en considération des faits identitaires.

Les gestes forts de l’I.R.A. en Irlande du nord, et de l’E.T.A. au pays basque sont des gestes fait pour remplir le contenu du processus d’apaisement.

Il prend donc les gens de ce pays en défaut le responsable de l’assemblée territoriale, Camille de Rocca Serra quand il dit après l’action commando organisée ces derniers jours, que la Corse reste en Europe le seul lieu « ou on emploie la violence » alors qu’ailleurs selon lui on entend dire que « on baisse les armes »….

Il prend les gens pour de vrais imbéciles parce qu’il oublie de dire, et de rappeler que ici, il n’y a pas de processus de sortie de crise, que le gouvernement français en place, son mouvement politique « U.M.P » sont opposés à un processus de ce genre, et qu’ils ne veulent pas mettre en mouvement les dialogues nécessaires entre tous ceux qui veulent sortir de cette situation, qu’ils ne veulent pas des négociations pour mettre un terme a ce conflit historique.

On n’entend que les nationalistes et ceux qui sont attachés à l’homme et son progrès parler de paix.

Depuis plusieurs semaines de nombreux mouvements comme le notre cherchent à travers des débats publics, étayés par les exemples européens à montrer qu’une autre possibilité politique existe pour la Corse. Des réunions organisées par des formations religieuses comme San egidio jusqu’au journée d’Arritti en passant par la prochaine réunion publique organisée samedi à Bastia par le journal u ribombu, les initiatives ne manquent pas pour chercher à réfléchir sur l’urgence de changer la situation actuelle.

Au moment ou un autre ministre arrive pour nous dire « que nous sommes en démocratie » et que « ici comme ailleurs en France on ne peut tolérer la violence », discours vides accompagnés dans les faits par des centaines d’années de prison contre ceux qui se lèvent depuis plus de trente ans contre l’injustice, nous rappelons qu’il faut mettre en place une sorite de crise par le biais de négociations politiques avec tous ceux concernés par l’avenir de ce pays, sans omettre personne quelque fut sa manière politique de lutter.

On pourra construire une vraie alternative de saine citoyenneté avec tous ceux – sans mettre quelqu’un de coté – qui veulent mettre en mouvement un processus d’évolution identitaire pour notre île comme on peut en voir ailleurs en Europe aujourd’hui.

La visite du ministre de l’intérieur, pour le moment, ne sert à rien. Pas plus que les gesticulations de sa marionnette de circonstance, camille de Rocca Serra.

Nous le disons, nous militants de CORSICA NAZIONI INDIPENDENTA, que l'heure reste à l’occupation de tous les terrains de lutte et de résistance populaire, dans la démarche d’UNIONI NAZIUNALI et passe par le renfort de cet instrument d’union pour qu’il devienne un front d’organisations de toutes les composantes de la lutte d’émancipation nationale.



U ministru di l’internu di a Francia ghjunghjarà dino ind’é noi.

U so prugramma moscia chi prima di tuttu s’occuparà di fà a so riunioni di sicurezza – comu si a Corsica fussi un prublema di sicurezza – cu rispunsevuli di a pulizza prisenti in Corsica.

Di sicuru andarà à fà u so discorsu a l’assemblea tarrituriali pà dicci ciò ch’iddu ha dighjà dittu pà a noscia tarra, voli dì pochi e micca…

Un ci pudarà sbaglià una volta di più quandu ci annuncia chi u so viaghju hè basatu annant’a u svilupu economicu……… Un ci pudarà mancu abbambanà nant’a a cultura quand’iddu firmarà a cunvinzioni nant’à l’intrapresa satellitaria di « Via Stella »…

U ministru un ghjunghjàrà chi pà ramintà chi u so guvernu un ha nissun pulitica pà a Corsica fora di mandà in prighjo pa azzittàli « quiddi chi volini chi u so paesu ricunisciuti ind’é i so dritti.

U peghju ind’é ssa logica di nigazzioni hé chi a Francia un ricunosci micca à a noscia cumunità a so rialtà identitaria alora chi in Auropa, continenti maiori in custruzzioni ind’é quali idda si pruietta, i fatti naziunali so piddati in contu puliticamenti.

L’asempii di i cunflitti irlandesi e baschi mosciani bè, chi pa’ d’altri paesi ,l’auropa si cuncipisci dinò incu a presa in cunsidirazzioni di i fatti identitarii.

I gesti forti di l’I.R.A. in Irlanda di u nordu e di l’E.T.A. in euskal herria so gesti fatti pà empia u cuntinutu di l’andatura d’appaciamentu.

Piddà dunqua à a falsina l’aghjenti d’issu paesi, u capu di l’assemblea tarrituriali, u sgio Cameddu di Rocca Serra quandu iddu dici ,dopu a l’attentati commando fatti ssi ultimi ghjorni, chi a Corsica ferma in Auropa u solu locu induva « s’impiega a viulenza » alora che in altrò si senti sicond’a iddu parlà di « calà a l’armi »….

Pidda l’aghjenti pa imbiciloni parchi smintica ben sicuru di di, e di ramintà, chi qui, un c’hè andatura di surtità di crisa, parchi u guvernu francesi in piazza, u so muvimentu puliticu « U.M.P » so upposti à un’ andatura d’issu genaru, e ch’un volini metta in ballu dialoghi nicissari tra tutti quiddi chi volini sorta d’ issa situazzioni, ch’un volini niguziazioni pà arristà issu cunflittu storicu.

Un so che i naziunalisti e quiddi chi so attacati à l’omini e u so prugressu chi parlani di paci.

Dapoi parecchji sittimani, parechji muvimenti comu u nosciu,circani pa via di dibattiti pubblichi, pa via di l’asempii auropiani, a muscià chi un’altra pussibilità pulitica asisti pà a Corsica. Da a riunioni urganizzata da i furmazzioni religiosa comu San egidio sin’ à i ghjurnati d’Arritti passendu pà a prossima riunioni pubblica urganizzata sabatu in Bastia da u ghjurnali U Ribombu, l’iniziativi un mancani pa circà a rifletta nant’a l’urgenza di cambià a situazzioni oghjinca.

A u mumentu induva un altru ministru ghjunghji pa’ dici chi « semu in dimùcrazia » e chi «qui com’ altro in francia, un si po tullarà a viulenza », discorsi bioti, accumpagnati ind’é i fatti da i centinai d’anni di prighjò contr’à quiddi chi s’arrizzani da poi piu di trent’anni contr’a l’inghjustizia, noi ramintemu dinò ch’iddu ci voli a metta in ballu una surtita di crisa incu niguziazzioni pulitichi incu tutti quiddi cuncirnati da l’avvena di ssu paesi, senza sminticà à nimu, quali fussi a so manera di luttà puliticamenti.

Si pudarà cunstruiscia un vera alternativa sana di citatinanza cun tutti quiddi – senza metta qualchisia d’accantu – chi volini metta in ballu un andatura di prugressu identitariu pa’ a noscia isula cume si pone veda in altro in Auropa d’oghji. visita di u ministru di l’internu pa avali un serva a nudda. Cum’e i smanichittata di a so marienetta di circustanza, u sgio cameddu di Rocca – Serra.

A dimu noi, militanti di CORSICA NAZIONI INDIPENDENTI, chi l’ora ferma à l’occupazzioni di tutti i tarreni di lotta e di risistenza pupulari, ind’é l’andatura d’Unioni Naziunali e passa pà u rinforzu d’issu strumentu d’unioni pà ch’iddu diventi un fronti d’uraganisazioni di tutti i cumpunenti di a lotta d’emancipazzioni naziunali.

CORSICA NAZIONI INDIPENDENTI





 

© Corsica Nazione Indipendente — 2008