Accolta
Accolta Storia di u muvimentu Organizazione Cuntatti Adesione/Daziu Ligame
Accolta Attualità Apputamentu Elezzione Interviste Multimedia A Francia Fora Pulitica Ripressione Terra Corsa Culunisazione Lingua è Cultura Ecunumia è Suciale Internaziunale In memoria E Ghjurnate



05/10/2006

Droit de réponse à Camille de Rocca Serra


Une fois de plus, CNI se retrouve au centre du jeu politique, et c’est la loi sur la protection de la terre qui fait débat. Cette loi, au service exclusif des intérêts du peuple corse ne plait pas aux spéculateurs en tous genres, et en particulier à Camillou. Voici le droit de réponse que CNI a diffusé suite à la prise de position du président de l’Assemblée :

“Monsieur Camille de Rocca Serra, président de l’Assemblée de Corse, a cru devoir se livrer dans les colonnes de Corse Matin à un commentaire des propositions de Corsica Nazione Indipendente en matière de lutte contre la dépossession de la terre et des maisons corses.

Selon Monsieur de Rocca Serra, nos propositions porteraient atteinte au droit de propriété, en encadrant les conditions de vente.

Il devrait savoir que le droit de propriété n’est jamais absolu et que même en droit français, il connaît de nombreuses limites.

Par ailleurs, lorsque l’Etat français, que Monsieur de Rocca Serra soutient ardemment, abroge l’arrêté Miot, ce qui obligera bientôt de nombreuses familles corses à vendre leurs biens familiaux, n’est-ce pas une atteinte intolérable au droit de propriété de ces familles, dépossédées de maisons transmises jusqu’ici à travers plusieurs générations ?

Le droit de propriété que défend Monsieur de Rocca Serra est celui des spéculateurs immobiliers, celui que défend Corsica Nazione Indipendente est le droit de propriété collectif du peuple Corse sur son patrimoine.

Corsica Nazione Indipendente soutient le droit des familles corses, en particulier des plus modestes, à accéder à la propriété, idée à laquelle le président de l’Assemblée de Corse est totalement hermétique.

En conclusion, Corsica Nazione Indipendente observe que la position forte qu’elle a prise à l’occasion des journées internationales a enfin fait sortir les responsables de la C.T.C de leur léthargie et les a contraint à intervenir sur la question de la terre.

Le problème est, qu’une fois de plus, ce ne sont pas les intérêts des Corses qu’ils défendent.


Drittu di risposta

U sgiò Camille De Rocca Serra, prisidenti di l’Assemblea di Corsica, s’hè cridutu ubligatu di cummintà in u ghjurnali Corse-Matin i pruposti di Corsica Nazioni Indipendenti annantu à a lotta contr’à u spussessu di a tarra è di i casi corsi.

D’apressu à u sgiò De Rocca-Serra, inquatrendu i cundizioni di vendita, i nosci pruposti purtariani un colpu gravu à u drittu di pruprietà.

Duvaria sapè chì u drittu di pruprietà ùn hè mai assulutu è chì ancu in drittu francesu t’hà monda limiti.

D’altrondi, quandu u Statu Francesu, chì u Sgiò De Rocca Serra susteni incù ardori, abulisci l’arristatu Miot, ciò chì ubligarà prestu numarosi famiddi corsi à venda i so bè di famidda, ùn si tratta di un colpu insuppurtevuli à u drittu di pruprietà d’issi famiddi, spussesi di casi fin’à avali tramandati attraversu parechji generazioni ?

U drittu di pruprietà ch’iddu difendi u sgiò De Rocca Serra hè quiddu di i specculatori immubiliari, quiddu difesu da Corsica Nazioni indipendenti hè u drittu di pruprietà cullittivu di u populu corsu annantu à u so patrimoniu.

Corsica Nazioni Indipendenti susteni u drittu di i famiddi corsi, particularmenti di i più mudesti, à avè accessu à a pruprietà, u presidentu di l’Assemblea, iddu, hè cumplitamenti sarratu à iss’idea.

In cunclusioni, Corsica Nazioni Indipindenti nota chì a pusizioni forti ch’iddu hà presu à l’uccasioni di i ghjurnati intarnaziunali hà cacciatu i rispunsevuli di a C T C di a so letargia è l’hà custretti à intarvena annant’à a quistioni di a tarra. U prublema hè, chì una volta di più ùn difendini micca l’intaressi di i Corsi.”





 

© Corsica Nazione Indipendente — 2008