Accolta
Accolta Storia di u muvimentu Organizazione Cuntatti Adesione/Daziu Ligame
Accolta Attualità Apputamentu Elezzione Interviste Multimedia A Francia Fora Pulitica Ripressione Terra Corsa Culunisazione Lingua è Cultura Ecunumia è Suciale Internaziunale In memoria E Ghjurnate



20/02/2006

PROCES CASTELA ANDRIUZZI : CNI OCCUPE LE RECTORAT



La section Corsica Nazione Indipendente d’Aiacciu vient aujourd’hui délivrer pacifiquement un message aux Corses.

Depuis trois semaines se déroule à Paris le procès en appel de Jean Castela et de Vincent Andriuzzi. Nous tenons à rappeler que Jean et Vincent étaient tous les deux enseignants au moment de leur interpellation en 1998. Vincent enseignait les mathématiques au collège de Lucciana, et Jean l’Histoire Géographie au lycée de Bastia, ainsi que l’Histoire de la Corse à l’Université et il était également chargé de cours à la préparation au CAPES de Géographie.

Cette interpellation a eu lieu il y a 7 ans et demi, et depuis, Jean et Vincent attendent d’être fixés sur leur sort, c’est-à-dire qu’ils sont en toujours en détention préventive…

Face au vide abyssal du dossier de l’accusation qui voulaient faire croire que Jean Castela et Vincent Andriuzzi étaient les commanditaires de l’assassinat du préfet, la chambre d’accusation a répondu en les libérant tous les deux pour manque de preuves après une année d’incarcération dans cette affaire.

Malgré cette libération et l’absence de preuves matérielles, de mises en cause ou même d’indices, lors du procès en première instance, Jean Castela et Vincent Andriuzzi ont été condamnés à 30 ans de réclusion criminelle, eux qui avaient comparu libres dans l’affaire du préfet…

Corsica Nazione Indipendente s’interroge sur la raison pour laquelle Jean et Vincent ont été condamnés en première instance. Cette condamnation ne peut se comprendre que comme une vendetta d’Etat, à l’encontre de deux enseignants Corses, une volonté de concrétiser cette fameuse piste enseignante qui avait succédé à la piste agricole.

Nous soumettons à l’appréciation générale l’extrait d’un article de presse publié à l’ouverture du procès. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas un journal nationaliste qui le publie, mais bien un quotidien national français, plus connu pour ses idées de droite et son soutien à la présidence de la République qu’aux idées nationalistes corses ! Voici ce que nous pouvions lire dans Le Figaro du mercredi 1er février 2006, sous la plume de Stéphane Durand-Souffland :

« Le verdict, attendu d’ici à la fin du mois, devra établir une logique qui faisait défaut à l’issue des premiers débats, décousus, orientés, pollués par un référendum sur la Corse et l’arrestation d’Yvan Colonna. Soit les accusés ont ourdi l’assassinat du préfet, et la sévérité est de mise. Soit ils ont orchestré, entre 1994 et 1997, une campagne d’attentats non mortels, et le quantum doit être revu à la baisse. Soit il est impossible de prouver leur culpabilité et le doute doit leur profiter : la cour d’assises a beau être "spéciale", le droit reste commun à tous. »

Une nouvelle fois, nous le répétons, devant un dossier d’accusation vide, une seule voie est possible, l’acquittement. CNI ne laissera pas Jean Castela et Vincent Andriuzzi devenir les nouveaux Sacco et Vanzetti.

Aujourd’hui, après trois semaines de débats, il apparaît de manière claire que ni Jean ni Vincent n’ont été impliqués de près ou de loin dans l’assassinat du préfet.

Et ce ne sont pas les affirmations d’inspecteurs d’une DNAT qui a perdu toute crédibilité à la suite de la publication du livre des journalistes du Point, Place Beauvau, la face cachée de la police aux éditions Robert Laffont qui a changé quelque chose. On apprend entre autres dans ce livre que les inspecteurs de la DNAT ont pratiqué des tortures aux cours de certaines garde-à-vue, qu’ils ont négocié avec certaines personnes pour fabriquer de fausses preuves dans l’affaire Erignac pour envoyer en prison Matteu Finidori ou encore que certains inspecteurs ont utilisé leur service (en faisant de faux PV) pour obtenir des renseignements sur leur ancienne compagne !

Malgré cela, les inspecteurs de la DNAT qui sont venus témoigner à la barre lors du procès Castela Andriuzzi ont continué à asséner leurs contre-vérité, en se contentant de lancer quelques affirmations gratuites, sans aucune preuve, et ils ont été discrédités par le président lui-même : des faux PV jusqu’aux déductions douteuses, les responsables de la DNAT ont été incapables d’apporter le début d’une preuve de l’implication des deux enseignants dans l’affaire Erignac.

Les témoignages des membres du commando qui a perpétré cet assassinat ont été également clairs à ce sujet, et ce ne sont pas des revirements de dernière minute, mais bien la confirmation de leurs déclarations en garde-à-vue : c’est eux, et eux seuls, qui ont pris la décision d’abattre le préfet, ils n’ont reçu d’ordre de personne, ils n’avaient pas de « commanditaire ». Dans ces conditions il serait scandaleux que des personnes autres puissent être condamnées à ce titre.

Dans quelques jours nous saurons si la cour d’assises spécialement composée de Paris aura créé un nouvel Outreau, ou bien si, pour une fois, un verdict juste et apaisant aura été prononcé.

Corsica Nazione Indipendente





 

© Corsica Nazione Indipendente — 2008