Accolta
Accolta Storia di u muvimentu Organizazione Cuntatti Adesione/Daziu Ligame
Accolta Attualità Apputamentu Elezzione Interviste Multimedia A Francia Fora Pulitica Ripressione Terra Corsa Culunisazione Lingua è Cultura Ecunumia è Suciale Internaziunale In memoria E Ghjurnate



20/12/2005

« A Corsica va bè ! »



« La Corse va bien ! » Tel est le message délivré vendredi dernier devant l’Assemblée de Corse par le préfet Lemas, entouré des responsables de la Collectivité de Corse opinant du chef et faisant preuve de l’obséquiosité qui leur est coutumière.

Quelques élus territoriaux ont tenté de contredire le message optimiste et surréaliste de la préfecture, mais leur discours était inaudible, puisque dans ce « one man show », tout était fait pour que le mensonge d’Etat puisse parvenir sans encombre a l’opinion. Les quelques « grincheux » se permettant d’émettre des réserves étaient rapidement noyés sous le flot de « précisions » technocratiques et d’arguments spécieux avancés de façon doucereuse. A de nombreuses reprises, la mauvaise foi du préfet releva clairement du plus souverain des mépris, et souvent même de la provocation. Ainsi, lorsqu’un élu nationaliste l’interpella fort légitimement sur le rapprochement des prisonniers politiques, Monsieur Lemas devait lui répondre que, malgré les contraintes budgétaires et pour répondre a son attente, une nouvelle prison serait construite !

Tout ceci était parfaitement prévisible et c’est la raison pour laquelle les élus militants de Corsica Nazione Indipendente se sont refusés a participer a ce faux dialogue mais véritable mascarade. Ils ont donc adressé une lettre aux autres conseillers territoriaux, expliquant leur position.

En premier lieu, la personnalité même du préfet ne permet aucun échange constructif. Comme l’a récemment déclaré un élu d’Unione Naziunale, il s’agit d’un anti-Corse déterminé. Bien qu’il s’en défende farouchement, tout le démontre. Depuis sa prise de fonction, il n’a pas fait preuve d’une once de bonne foi ou de loyauté. Il a régulièrement assené ses contre vérités avec un aplomb incroyable. Maintes fois pris en flagrant délit de mensonge, il poursuit ses déclarations comme s’il était convaincu d’avoir affaire a un peuple de demeurés, affirmant le plus sérieusement du monde que les marins du « Pasquale Paoli » n’ont jamais été menottés alors que les images de France 3 prouvent le contraire, faisant semblant d’admonester EDF alors que cette entreprise est, comme lui-même, dirigée par l’Etat ! Insultant quotidiennement l’intelligence des Corses, il est également l’un des artisans de la répression qui se déchaîne actuellement dans notre pays, l’un des concepteurs de la mise en coupe réglée de la Corse.

N’acceptant aucune contestation, c’est lui qui a envoyé la police matraquer les syndicalistes de « Chronopost », alors qu’aucun membre de la direction n’était retenu contre son gré. Avec une attitude d’apparence plus décontractée, il est en fait le digne successeur de Bernard Bonnet. Pour toutes ces raisons, Corsica Nazione ne peut considérer le préfet Lemas comme un interlocuteur.

Par ailleurs, le message que prétend délivrer l’Etat a travers son préfet est celui qu’exprimait il y a plusieurs dizaines d’années Valéry Giscard d’Estaing : « il n’y a pas un problème corse mais des problèmes en Corse. » Ainsi, les remèdes miracles seraient actuellement administrés sous forme de PEI, PADDUC, et autres PPIFEN, et tout irait déjà beaucoup mieux ! Croit-on vraiment convaincre de cela les Corses qui sont actuellement sans emploi, ceux qui vivent dans la précarité, ceux qui voient leur terre passer chaque jour entre des mains étrangères et qui ne pourront jamais accéder a la propriété ? Paris devra bien l’admettre un jour : le problème corse est éminemment politique et ne pourra trouver de solutions a travers de simples dispositifs techniques. Ce problème ne pourra jamais être traité au niveau administratif qui est celui d’un préfet, même lorsqu’il prétend avec arrogance se situer au plan politique. Les élus du peuple corse n’ont pas a ouvrir un faux dialogue avec un fonctionnaire. Ils doivent rechercher ensemble les moyens de sortir leur pays de l’ornière, puis imposer au gouvernement français l’ouverture de réelles négociations, et ce au niveau politique.

Dans les semaines qui viennent, Corsica Nazione Indipendente rendra publics, d’une part les premiers volets de son projet de société pour une république sociale, constituant ses propositions pour demain, mais également ses propositions pour aujourd’hui même, a savoir une avancée politique relevant d’un compromis historique. Notre parti soumettra ces propositions au débat avec les autres composantes de la société corse en commençant par les formations d’Unione Naziunale et les autres organisations nationales.

S’agissant de la situation actuelle, force est de constater que la Corse est revenue a l’ère Bonnet.

Aussi, Corsica Nazione Indipendente adoptera la même attitude qu’a cette époque.

Nous appelons tous ceux qui se reconnaissent dans notre démarche et, au delà, tous ceux qui refusent la tentative de mise aux pas actuellement en cours, a résister aux agressions parisiennes, a refuser toute forme de collaboration avec l’administration française et ceux qui la soutiennent, et a renforcer les organisations de lutte, syndicales et politiques.

Corsica Nazione Indipendente


« A Corsica va bè ! » Eccu u missaghju datu vennari scorsu a l’Assemblea di Corsica da u prifettu Lemas inturniatu da i rispunsevuli di a Culletivita di Corsica chi, cum’e sempre, l’anu datu ragio senza circa a capisce.

Certi eletti tarrituriali anu pruvatu a cuntradisce u missaghju ottimista di a prifettura ma, un s’he pussutu sente u so discorsu, perche tuttu he statu fattu per chi a bugia di Statu pudessi ghjunghje a l’upinioni senza ustaculi. Quelli chi anu circatu di sprime qualchi riserva so stati annigati da una mansa di precizione tecnocratiche e d’argumenti speziosi. In issa dichjarazione, ha fattu parechje volte prova di malafede u prifettu, e ancu di pruvucazione. Per esempiu, quandu l’ha interrugatu un elettu naziunalistu annantu a l’avvicinamentu di i prigiunieri pulitichi, ha rispostu U prifettu Lemas chi ancu s’elli c’eranu prublemi finanziarii e per risponde a e so speranze, sarebbe custruita una nova prigio.

Issu cumpurtamentu si pudia prevede, e he per quessa chi l’eletti militanti di Corsica Nazione Indipendente anu ricusatu di participa a issa carnavalata. Anu mandatu una lettara a l’altri cunsiglieri tarrituriali per spiega a so pusizione.

Prima di tuttu, a persunalita di u prifettu un permette nisunu dialogu custruttivu. Cum’e l’ha detta un ci he tantu un elettu d’Unione Naziunale, issu persunagiu un po vede i Corsi. Ancu s’ellu nega issu fattu, u so cumpurtamentu a ci mostra benissimu. Dipoi ch’ellu he ghjuntu in Corsica un he mai statu leale. Sparghje e so bugie incu un appiombu incredivule. Ancu se ugnunu s’avvede ch’ellu dice bugie, ellu cuntinueghja e so dichjarazione cum’e s’ellu era cunvintu d’ave davant’a ellu un populu di scemi. Per esempiu, ha dettu che i marinari di u « Pasquale Paoli » un so mai stati ammanitati ancu se France 3 ha mustratu u cuntrariu a a Corsica sana. Face nice di litica severamente E D F ancu se iss’impresa he diretta da u Statu quant’e ellu ! He ancu unu di l’artisgiani di a ripressione chi si scatena attualmente in u nostru paese.

Ha mandatu a pulizza a bastuna i sindicalisti di « Chronopost » ancu s’elli un ritinianu a nimu di a direzione. Ancu s’ellu pare piu naturale, u prifettu Lemas he in fatti cum’e Bernard Bonnet : He per quessa chi Corsica Nazione un lu po cunsidera cum’e un interlocutore.

D’altronde, u missaghju ch’ellu vole da u Statu attraversu u so prifettu he quellu di Valéry Giscard d’Estaing qualchi decina d’anni fa « un ci he micca un prublema corsu ma prublemi in Corsica ». Vularebbe di chi u PEI, u PADDUC, u PPIFEN e altri bell’affari so medicine miraculi e chi tuttu va digia megliu ! I Corsi chi so senza impiegu, quelli chi campanu in a precarieta, quelli chi vedenu a so tarra passa in e mane straniere e chi un puderanu mai esse pruprietari, quessa un la ponu crede !!!

Parigi divara capilla un ghjornu : u prublema corsu he puliticu e e suluzione un pudaranu esse tecniche. L’eletti di u populu corsu un devenu apre un falsu dialogu incu un funziunariu. Devenu ricirca inseme a manera di caccia u so paese di a so pessima situazione, e impone a u guvernu francese l’apartura di veri neguziati a u nivellu puliticu.

In e settimane chi vennenu, Corsica Nazione Indipendente fara cunnosce a prima parte di u so prugettu di sucieta per una ripublica suciale, incu e so pruposte per l’avvene ma ancu e so pruposte per oghje, vale a di un’avanzata pulitica chi sara un cumprumessu storicu. U nostru partitu mittera isse pruposte in dibattitu incu l’altri cumpunenti di a sucieta corsa cuminciandu incu e furmazione di Unione Naziunale e l’altre urganizazione naziunale.

Trattendusi di a situazione attuale, ci vole a custata chi a Corsica he vultata a l’epica Bonnet.

He per quessa chi Corsica Nazione Indipendente avara a stessa attitudine che a l’epica.

Chjamemu tutti quelli chi ricusanu a situazione ughjinca a resiste a l’agressione parigine, a ricusa a cullaburazione incu l’amministrazione francese e a rinfurza l’urganisazione di lotta sindicali e pulitiche.

Corsica Nazione Indipendente





 

© Corsica Nazione Indipendente — 2008