Accolta
Accolta Storia di u muvimentu Organizazione Cuntatti Adesione/Daziu Ligame
Accolta Attualità Apputamentu Elezzione Interviste Multimedia A Francia Fora Pulitica Ripressione Terra Corsa Culunisazione Lingua è Cultura Ecunumia è Suciale Internaziunale In memoria E Ghjurnate



13/02/2007

Plaque dérobée : Corsica Nazione Indipendente réagit



Samedi dernier, à l’appel des anciens lycéens nationalistes qui avaient débaptisé le lycée Marbeuf en 1984 et obtenu qu’il porte le nom d’un héros de la résistance corse, Jean Nicoli, les militants de Corsica Nazione Indipendente se sont retrouvés avec d’autres organisations nationalistes, dans l’esprit du Fiumorbu, pour commémorer le bicentenaire de la mort du Babbu di a Patria en apposant une plaque historique qui a été bénie devant le buste de Pasquale de’Paoli, rue César Campinchi, puisque la mairie de Bastia avait curieusement choisi de ne pas commémorer cet évènement.

Dès le lundi matin, dans la pénombre, à la dérobée, dans le silence de l’obscurité, le maire de Bastia ordonnait la profanation de cette plaque et la faisait enlever par ses services.

Alors que l’Europe entière fête Pasquale de’Paoli, précurseur de la liberté des peuples, une des grandes figures du siècle des lumière européen, il est curieux de constater les méthodes de la mairie de Bastia, et on peut se poser la question de savoir si ce genre de comportement ne préfigure pas la nomination de Chevènement comme ministre de l’intérieur, voire Premier ministre, si Ségolène Royale venait à être élue. On sait l’amour que Chevènement voue aux Corses et à la Corse…

Le triste maire de Bastia avance derrière le masque de la démocratie mais chaque jour son visage apparaît un peu mieux, c’est celui d’un obscurantisme mortel pour notre peuple et nos valeurs.

Aux lumières de Pasquale de’Paoli il préfère les ténèbres profondes de sa propre ambition à laquelle il a tout sacrifié, et à laquelle il continue de sacrifier un des plus grands personnages du XVIIIe siècle que l’Europe entière a honoré et honore encore aujourd’hui.

Nous avons été très surpris d’entendre le maire adjoint de Bastia, adepte d’un révisionnisme stalinien de l’Histoire de notre pays, expliquer très sérieusement que justement le conseil municipal de Bastia avait prévu de mettre une plaque commémorative à cet endroit. Le maire adjoint de Bastia qualifie dans un communiqué la municipalité de Bastia de « rempart de la démocratie », nous aurions dit pour notre part « montagne de la fraude » !

On peut toutefois lui donner raison sur un point, Pasquale de’Paoli n’est pas le père d’un parti politique ou d’une partie seulement du peuple corse, c’est le père de la patrie toute entière. Nous sommes d’accord, mais ceux qui aujourd’hui tentent de récupérer son image à des fins politiciennes feraient bien de se rappeler pourquoi Pasquale de’Paoli luttait et quelle à été son œuvre, et alors ils comprendraient qu’ils se trompent de camp. Mais si les chefs clanistes corses étaient clairvoyants et faisaient de la politique pour défendre les intérêts collectifs du peuple corse, cela se saurait…

Corsica Nazione Indipendente appelle le peuple corse à soutenir le collectif nouvellement créé « I Naziunali » qui donnera une conférence de presse mercredi 14 février. CNI appelle également le peuple corse à accompagner le collectif dans toutes ses actions à venir.

Corsica Nazione Indipendente







 

© Corsica Nazione Indipendente — 2008