Accolta
Accolta Storia di u muvimentu Organizazione Cuntatti Adesione/Daziu Ligame
Accolta Attualità Apputamentu Elezzione Interviste Multimedia A Francia Fora Pulitica Ripressione Terra Corsa Culunisazione Lingua è Cultura Ecunumia è Suciale Internaziunale In memoria E Ghjurnate



30/09/2005

CNI soutien Michel GIRASCHI



L’actualité nous amène tout naturellement à affirmer – avant d’évoquer le principal sujet de cette conférence de presse – notre totale solidarité avec les travailleurs de la SNCM en lutte qui aujourd’hui risquent de payer judiciairement le prix de leur engagement au nom du droit à la dignité et au travail.

La répression militaire et policière, les poursuites judiciaires constituent la réponse d’un gouvernement qui sacrifie sur l’autel d’un sauvage libéralisme l’emploi et le service public. Ils sont d’autant plus une réponse pour celles et ceux qui en Corse dans une perspective d’avenir et de progressisme, proposent la mise en place d’une véritable compagnie maritime corse de service public. La démonstration manu – militari du détournement vers Toulon du bateau Pasquale Paoli par le commando dit Hubert des forces maritimes françaises appuyées par le G.I.G.N. en est la preuve.

Un de nos militants, par ailleurs membre de l’exécutif de CORSICA NAZIONE INDIPENDENTE a de nouveau été victime des agissements politico – judiciaires de la D.N.A.T. et de ces juges autoritaires de l’anti – terrorisme. Encore une fois, c’est au petit matin que l’on encercle son établissement commercial et son domicile, avec la figuration d’hommes en armes qui n’impressionnent que leurs ombres pour une affaire de véhicule volé pour laquelle une simple convocation aurait suffit… D’ailleurs, et précédemment à cette descente armée, notre militant avait été convoqué pour cette même affaire pour être auditionner il y a plusieurs mois, auditions reportées par ces inspecteurs qui aujourd’hui viennent fanfaronner les armes à la main … pour rien…sinon tenter d’intimider une personne et à travers elle un mouvement politique.

Son père a même été pris en otage pour faire pression sur lui.

Ce n’est pas la première fois qu’il subit les foudres de cette police d’exception : il y a quelques années il a été jeté plusieurs mois en prison avant que son procès ne l’exempte des faits qui lui étaient reprochés. La commission rogatoire de l’époque était sous l’égide du même juge qui aujourd’hui tente de nouveau de le neutraliser par ces pressions policières.

Micheli GIRASCHI après plusieurs et inutiles heures de garde à vue a été remis en liberté, mais son refus de se soumettre à un prélèvement A.D.N. l’oblige à comparaître en décembre devant un tribunal, tout comme avant lui Francescu SARGENTINI et Ulivieru SAULI.

Micheli paye le prix de son engagement patriotique en faveur de notre jeunesse et son identité, en faveur de notre terre particulièrement soumise dans l’extrême – sud à un rouleau compresseur de dépossession collective contre laquelle seuls les nationalistes s’érigent.

Ce n’est pas un hasard si depuis des années les militants et sympathisants indépendantistes de l’extrême – sud sont soumis à une constante pression policière et judiciaire avec le soutien tacite de quelques municipalités déjà tombées aux mains de l’affairisme et de l’argent roi.

Nous ne nous tairons pas pour autant ! Nous ne nous sommes jamais tus !

Notre opposition à la mise en coupe réglée de notre région ne faiblira point. Ni la police politique, ni la justice d’exception n’auront raison de notre détermination qui trouve aujourd’hui un nouvel élan à travers la politique d’union.

En décembre, nous serons nombreux auprès de Micheli GIRASCHI pour dire non à la répression politique.

Dés aujourd’hui nous lançons un appel pour renforcer toutes ces énergies qui refusent le totalitarisme policier et judiciaire et construire une alternative citoyenne et démocratique pour une Corse émancipée et souveraine.

CORSICA NAZIONI INDIPENDENTI
Sezzioni suttanaccia





 

© Corsica Nazione Indipendente — 2008