Accolta
Accolta Storia di u muvimentu Organizazione Cuntatti Adesione/Daziu Ligame
Accolta Attualità Apputamentu Elezzione Interviste Multimedia A Francia Fora Pulitica Ripressione Terra Corsa Culunisazione Lingua è Cultura Ecunumia è Suciale Internaziunale In memoria E Ghjurnate



25/05/2004

Lettre ouverte à ceux qui insultent notre jeunesse



Depuis quelque temps, en dépit de la répression inique qui frappe les jeunes corses et de la situation scandaleuse dans laquelle sont maintenus notre langue et notre pays, un certain nombre de voix officielles, relayées par quelques média aux ordres, s’ingénient à salir notre jeunesse et ses combats. Ainsi, sur le refrain connu de « on croyait la Corse épargnée… », les heurts entre forces dites de l’ordre et manifestants sont systématiquement présentés comme l’œuvre de « casseurs ».

Non, les jeunes corses qui se battent pour leur pays ne sont pas des délinquants, et il est pour le moins surprenant de les voir insultés par ceux-là mêmes qui appuient les politiques de normalisation de l’Etat français contribuant ainsi à installer en Corse la « banlieue », comme elle existe partout en France : ceux qui abandonnent nos quartiers historiques aux bandes de dealers, ceux qui laissent se multiplier les agressions contre des personnes âgées et toutes sortes de violences qui ont toujours été traditionnellement rejetées par notre société, ceux enfin, qui font chaque jour un peu plus, de notre pays un véritable no man’s land où tout peut s’acheter, hommes, terres et peuple, ceux-là sont bien mal placés pour fustiger l’action courageuse et désintéressée de toute une jeunesse.

Comment se fait-il qu’ils passent sous silence la violence que subit depuis trop longtemps notre Peuple, au nom du rétablissement d’un pseudo état de droit à « l’usu francese » ?

Sont-ils aveugles au point de ne pas voir les dégâts provoqués par les tirs tendus, à hauteur d’homme, de grenades lacrymogènes, les blessés, lorsque ceux-ci se comptent parmi les manifestants, ou les mères de famille sauvagement matraquées devant les palais de « justice » de l’ordre colonial ? Qu’ils se fassent les collaborateurs zélés d’un système oppressif et illégitime dans notre pays, est leur affaire et celle de leur conscience, mais de grâce, qu’ils cessent d’insulter notre jeunesse, et de prendre les corses pour des imbéciles.

En ce qui concerne Corsica Nazione et Indipendenza, nous adressons notre soutien indéfectible aux victimes de la répression et à la jeunesse corse en lutte pour rendre notre île à son seul drapeau : quella bandera bianca stampata di a testa mora.

« Lotta ghjuventù, l’avvene si tù »

CORSICA NAZIONE/INDIPENDENZA





 

© Corsica Nazione Indipendente — 2008