Accolta
Accolta Storia di u muvimentu Organizazione Cuntatti Adesione/Daziu Ligame
Accolta Attualità Apputamentu Elezzione Interviste Multimedia A Francia Fora Pulitica Ripressione Terra Corsa Culunisazione Lingua è Cultura Ecunumia è Suciale Internaziunale In memoria E Ghjurnate



08/07/2007

Compte rendu de l'AG de Corsica Nazione Indipendente



Corsica Nazione Indipendente a tenu son Assemblée Générale, le dimanche 8 juillet, dans les locaux de l'université de Corti. Près de 300 militants, des diverses sections Aiacciu, Balagna, Bastia-Lupinu, Capi Corsu, Cervioni, Corti, Extrême-Sud ou Fium'Orbu, ont débattu, jusque tard dans la soirée, des perspectives de luttes et de la stratégie du Parti pour l'année à venir.

Le travail fourni par l'ensemble des sections était particulièrement dense et les débats, qui ont suivi la lecture des motions, ont entraîné de la part des divers participants, des prises de positions passionnantes et souvent passionnées.

En effet, après les dernières élections législatives du mois de juin dernier, la question principale de cette AG reposait sur la stratégie et l'avenir du Mouvement en tant que structure : comment affirmer, renforcer, Corsica Nazione Indipendente sur tous les terrains de lutte et concilier une politique d'union avec l'ensemble des nationalistes.

Certains militants n'ont pas hésité à faire état de leurs inquiétudes quant au devenir de CNI à moyen terme. Ils considéraient notamment que le positionnement actuel du Parti au sein de l'union manquait parfois de lisibilité politique pour les militants. Cette situation étant de nature à créer des tiraillements, de la confusion et d'affaiblir éventuellement Corsica Nazione Indipendente sur la portée de son discours, car ce dernier serait devenu inaudible. Pour autant, les militants de ces sections ne sont pas contre l'union. Bien au contraire. Ils souhaitaient avant tout un renforcement de CNI sur le terrain, lui redonner une marge de manoeuvre, et réaffirmer les fondamentaux du Parti qui reposent sur la base du triptyque complémentaire : lutte de masse, lutte institutionnelle, soutien à la lutte armée. Ils prennent également en compte le fait qu'ils existent deux axes majeurs au sein du nationalisme moderne, que sont les courants autonomistes et indépendantistes. Ils ont mis en avant qu'il était nécessaire de créer, dans un premier temps, les conditions d'un rapprochement entre les différentes forces qui se reconnaissent dans le concept de LLN, et d'établir, dans un deuxième temps, une union plus large, au demeurant souhaitée par l'électorat et les sympathisants, avec les nationalistes modérés et les mouvements évolutionnistes. Il a été même proposé que des listes proprement Corsica Nazione Indipendente soient constituées lors des élections municipales de 2008, là où cela était possible, ou au 1er tour des territoriales de 2010.

Par la suite, au 2e tour, une fusion des listes avec d'autres nationalistes au 2e tour, au prorata des résultats obtenus lors des 1ers tours était largement envisagée.

CNI doit redevenir, par son redéploiement, un référent et un repère pour les nationalistes ainsi que pour le peuple corse, et doit oeuvrer et peser à la mise en place d'une solution politique.

Par rapport à la situation actuelle, d'autres militants ont manifesté le désir que Corsica Nazione Indipendente fasse preuve d'un sens des responsabilités et d'un plus grand pragmatisme. Cela passe notamment par un renforcement de la politique d'union, matérialisée ces dernières semaines par la démarche Unione pè una soluzione pulitica qui a réuni 14000 voix au 1er tour des législatives 2007. Ainsi, tout en privilégiant un renforcement de Corsica Nazione Indipendente sur le terrain avec des propositions précises, notamment sur la question du foncier, de la précarité, de l'immigration, ou la question des services publics, les militants souhaitaient créer les conditions d'une union sans cesse plus large, vers d'autres nationalistes et personnalités de progrès de la société civile, sur la base d'un programme commun. Une telle situation permettrait de rendre le mouvement national incontournable et d'imposer les conditions d'une solution politique négociée. L'étape institutionnelle a été qualifiée d'incontournable et les indépendantistes se doivent d'être forts qu'elle soit décisive. La démarche actuelle dans laquelle est engagé le Parti n'a rien de réformiste, dans la mesure ou les militants ont pleinement conscience d'être indépendantistes et qu'ils pourront tirer vers le haut un processus éventuel. La conjoncture politique actuelle doit avant tout être considérée comme une étape de la stratégie indépendantiste et restituée dans un contexte organisationnel et tactique. Ce n'est pas une fin en soi et la démarche doit être sans cesse réévaluée. Le nationalisme de CNI reste révolutionnaire.

Les participants ont néanmoins constaté des points d’accords entre les diverses contributions, et une motion de synthèse a été élaborée, et votée à la quasi unanimité, sur la base de la position d’Aiacciu, amendée par Bastia, Corti et Porti Vechju.

B.L





 

© Corsica Nazione Indipendente — 2008